Home      |      Weblog      |      Articles      |      Satire      |      Links      |      About      |      Contact


Militant Islam Monitor > Weblog > Tribu KA -Black group in France attacks Jews- modelled after NOI black supremacist 'con'cept of 'Kemet'

Tribu KA -Black group in France attacks Jews- modelled after NOI black supremacist 'con'cept of 'Kemet'

May 30, 2006

MM: The Jewish quarter of Paris, was scene of a thwarted pogrom as groups of black youths belonging to a group named Tribu KA ran amok carrying baseball bats shouting anti semitic slogans. Interior Minister Sarkozy has shut down their website which incites to hate and violence and is studying a proposal to dissolve the group. Thugs from Tribu KA claimed had come into the the Jewish quarter because members of a Jewish Defense group , allegedly manhandled black youths at a memorial rally for Ilan Halimi, a 23 year old Jewish man who had been kidnapped and tortured for 3 weeks by a group of black Muslims. The group members also stormed a sports complex where an Israeli self defense method called Krav Maga was held. According to the papers Tribu Ka did not find any members of Betar of the Jewish Defense League but issued a 'declaration of war'. Tribu KA describes themselves as being 'Kemites' and the chosen black people who were made to rule the world. Kemet is the word for ancient Egypt and evokes Egyptian symbolism as a basis for a crypto theological belief which is propagated by members of the Nation of Islam who believe that "Western man has retroffitted Kemetic technology to build modern civilisation. (see below).

The group of kidnappers called themselves the Barbarians and were aided and abetted by their friends, family, and the community. The concierge of the building where Halimi was held was also complicit in the crime and provided the room where Halimi was held. The horrific abduction and torture murder of Ilan Halimi, and several kidnapping attempts which were aimed at Jewish men, hightlighted the black Muslim antisemitism in France. A black Muslim 'comedienne' Dieudonne' was fined for his vicious anti semitic 'jokes' and accused of inciting to violence against Jews. (see article"France's Crackpot Comedian' by Professor Steven Plaut) below.

It is worth noting that 'Kemi Seba"the head of the Tribu KA sarcastically wrote that his group was " not as polite as Dieudonne". The group acknowledged that Dieudonne' who accuses Jews of being behind the slave trade, is a 'source of inspiration'. (see article below)

.Tribu KA blamed the French Jewish Defense League and Betar for what they say was an attack on blacks who were on the sidelines during the memorial. For their part the head of the JDL says his organisation has nothing to do with Betar. What everyone agrees on is that a group of black youths did make a show of going into the Jewish Quarter to intimidate people, and that it cannot be excused in the context of a 'gang rumble'. Tribu KA is considered to be a threat to security and French Interior Minister Nicholas Sarkozy has announced he plans to ban the groups website for inciting to hatred and violence. Several groups have also filed suit have the group dissolved. The head of Tribu KA was arrested this year after he sent threatening letters to the Jewish community after the torture murder of Ilan Halimi by a black group calling themselves the Barbarians. (see text below)

"The question was posed by several associations after the eruptions, Sunday, about 30 youths ran into the Jewish shouting anti semitic slogans in the Rue Rosiers in Paris. A lawsuit was filed against the group "Tribu KA" was launched after the march. The Interior Minister indicated the idea to dissolve the group is being studied.

The French media reported the story as a case of clearcut anti semitism and The Nouvel Observateur published two letters from leaders of the opposing sides, to get their view of events. The leader of Tribu KA wrote under the pseudonym of Kemi Saba and the JDL leader only used his first name.

Tribu KA seems to be the French manifestation of the Black Power movement in America in the 1960's. A center point of their beliefs is tha they are a superior race called Kemites who are destined to rule mankind According to Tribu AK:

"...Integration is "an act of high treason" and it's manifestions can be seen as an "infection"."We are assuming withoout complex to make ourselves the only black organisation authorised to have access to meetings only for "kemites"(a term invented,and designated by black Africans, who see themselves as "the chosen people". (Translation - article below)

MIM:The website Western Resistance shows the link between the Barbarian group which kidnapped,tortured and killed the Jewish man Ilan Halimi 2 months ago in Paris and the black supremacist 'Kemite Party" and the racial and Islamist origins of the ongoing Paris riots.

"A factor that may link the suburban unrest with the anti-semitism of the "Barbarians" who kidnapped and murdered Ilan Halimi, may come from the so-called "philosophy" of the group Tribu K or Tribu Ka, founded by Kemi Saba (aka Kami Saba, pictured). The group is founded on principles formerly espoused by the Black Muslims of the United States. Kemi Saba himself admits in an interview that he was a follower of the Nation of Islam, and had attended a NoI mosque (Mosque 27) in Los Angeles, where he became "galvanised" on his mission." http://www.westernresistance.com/blog/archives/002240.html

The Tribu Ka had its own message to the Jewish community regarding Ilan Halibi, the victim of the black "Barbarians" gang, as reported by Christian website Top Chretien on 24 Feb, a mere 11 days after Ilan was found mortally injured.

The message is this:

"We observe that over the past few days following the death of mobile phone seller Ilan Halimi that a veritable manhunt has been in operation for Youssouf Fofana, accused by your community of being responsible for the death of one of you."

"We will get straight to the point, that whether our brother (Fofana) is responsible or not, we anticipate that you, on this incident, if you choose to want to brush lightly against a single hair on our brother's head, instead of letting him have a fair (legal) process, we will grab by force the curled beards of your rabbis, and believe us, your pseudo security forces of the LDJ (Jewish Defence League) or Betar will not be able to help you, when faced with the will for justice of our members."

"Leave the brother (Fofana) to be judged fairly or you will pay. Kemi Sada, Fara of Tribu KA."

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sarkozy visits Jewish neighborhood after threat from Black extremists


Original article: www.ejpress.org/article/8719


By Shirli Sitbon in Paris

Updated: 31/May/2006 16:53

http://www.ejpress.org/article/news/8719#


PARIS (EJP) --- French Interior Minister Nicolas Sarkozy has ordered increased police protection and more patrols in Paris Jewish neighborhood, during a visit Wednesday afternoon three days after a group of Black extremistes threatened Jews.

The men, belonging to an underground group called Tribu-KA appeared in the small commercial street of Rue des Rosiers, shouting "death to Jews" and saying they were searching for members of the Jewish right-wing groups Jewish Defence League and Beitar.

Sarkozy, who is a 2007 presidential election candidate, has been considering visiting the Marais neighborhood since he was alerted on Sunday's anti-Semitic incident.

The minister met on Monday with Jewish community leaders who informed him of the incident and, according to EJP sources, advised him to wait before he came to Rosiers street, fearing such a visit would encourage the extremist group.

"The state's duty is to protect all its citizens and among them the Jews," Sarkozy said after meeting with shopkeepers.

He added "nothing would be worst than if Jews started to defend themselves on their own," calling Tribu-KA's ideology "delirious".

Sarkozy admitted that police took a long time to arrive to the quarter. On Sunday, police arrived only 20 minutes after it was alerted by shopkeepers.

A police office located less than a hundred metres from Rue des Rosiers was recently closed.

A French right-wing leader, Philippe de Villiers, was also expected to visit the Marais only a few minutes before Nicolas Sarkozy.

Legal action considered

On Tuesday the Interior Minister had asked the Justice Department to examine law suit options against the Black extremist group which marched through quarter.

In a letter addressed to Justice Minister Pascal Clement ,Sarkzoy said the group may be indicted for racist incitement.

"The public prosecution opened two investigations following the incident," Sarkozy said. "The group could be targeted as a whole and its members indicted separately."

He said he aimed for the group to be dissolved using the 1936 law on private organised combat groups but that it would be extremely difficult since this type of procedure was rarely implemented.

Sarkozy explained why no gang member was arrested. "On a penal aspect, the men from Tribu-Ka stayed on the edge of the acceptable. They couldn't be indicted for what they did on Sunday."

The minister and the Justice department declared Tuesday that the group's Internet site might be prohibited as a first measure against Tribu-KA.

Related Articles

Black extremists threaten Jews in Paris

Zero tolerance policy

French politician: anti-Semitism on the rise in France

France facing 'horrendous' balance sheet

Riots spark fear among French Jews

Zero tolerance for school attack

According to the minister Tribu-KA clearly stated in its internet site (www.tribuka.com) that it had violent intentions toward members of the right-wing Jewish groups Jewish Defence League and Beitar.

Comparing JDL members to cockroaches, Tribu-KA wrote: "We will search for you anywhere, multiplying, for as long as it takes, our patrols."

As Justice minister Clement ordered an investigation on the matter on Tuesday morning the general prosecutor's office of Paris began evaluating the procedures it would recommend, Tribuka's site was already out of order.

According to the umbrella organisation CRIF, the minister said it would be harder to disband the Tribu-KA itself.

Several organisations, such as SOS Racism and the French Union of Jewish Students have asked that Tribu -KA would be dissolved.

Militant group

Tribu Ka, an organisation created in December 2004, is opposed to all contacts between blacks and non-blacks.

In February 2005 a dozen young men and women claiming to be part of the Tribu Ka infiltrated a meeting of the Jewish-black friendship association and vigorously advised the Jews to cease all contacts with their "Khemite brothers".

They also accused the Jews of being the descendants of slave-traders, an accusation repeated by controversial comic Dieudonne Mbala Mbala, who is one of Tribu Ka see as an inspiration.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=10000085&sid=agiWW8bx6wPs&refer=europe# Riots in Paris Suburbs Spark Fear of Violent Wave (Update2)

May 30 (Bloomberg) -- About 100 youths battled with the police last night on the outskirts of Paris, injuring nine law enforcement officers, six months after one of the worst riots swept through France's impoverished suburbs. Violence erupted in the northern suburbs of Clichy-sous- Bois and Montfermeil yesterday after three men suspected of a robbery were arrested, a spokeswoman for the national police said. Seven cars were torched in Clichy and windows of Montfermeil's city hall were pelted with stones. Several trash cans were set on fire and the young men used baseball bats to attack the police, she said. About 300 law enforcement officers were deployed to control the rioters. "With just one spark, it all could go afire again," Noel Mamere, a member of the Greens Party said on LCI television.

"The November fires have not been completely put out." In November, more than 10,000 cars and 200 buildings were torched or damaged across France in neighborhoods with large immigrant communities and youth unemployment of more than 30 percent. The riots lasted for more than three weeks, making them the longest stretch of urban unrest in France since the student uprising in 1968. Clashes last night between masked youths and the police erupted in Montfermeil at around 10:30 p.m., in the neighborhood of Les Bosquets, where the three robbers were arrested, the police said. The violence then moved to the neighboring town of Clichy-sous-Bois, where it ended at about 2:30 a.m. Police arrested three rioters during the night's skirmishes. Anti-riot squads have been posted in the two towns to prevent further violence, the police said, declining to give more details.

Taking Measures Yesterday's riots may also have been prompted by the arrest of a man who assaulted a bus driver two weeks before, LCI television channel reported on its Web site. An undetermined number of young people threw stones last night at the house of Xavier Lemoine, the mayor of Montfermeil. Lemoine, who witnessed the assault of a bus driver and reported the incident to the police, had imposed a ban on gatherings of youngsters on April 7, which was lifted on May 6. "Measures taken by the state since last November are maybe starting to cause some problems for the delinquents in those neighborhoods," Lemoine said in a telephone interview. "We will not let down. We will be cautious but firm in our actions against those harming the local population.". Lemoine said the life of his family was threatened after last night's violence.

In Central Paris Tensions have also touched the center of Paris recently. Over the weekend, about 20 young black men scared off pedestrians in the Marais, the city's historic Jewish area. The group of men, claiming to be part of a black radical group called Tribu Ka, which says it follows Louis Farrakhan's Islamic black-nation ideology, rushed into a street named Rosiers and screamed anti-Semitic slogans before leaving without violence. In a letter to the Justice Ministry, Interior Minister Nicolas Sarkozy asked judicial authorities to order the shut down of the Tribu Ka's Web site, saying the group "incites violence and hatred." Last year's wave of unrest began in Clichy after the accidental death by electrocution of two teenagers who were fleeing a police check. The rioting in suburbs housing immigrants and their descendants prompted the government to invoke a state-of-emergency law for the first time in 50 years, allowing local authorities to impose curfews.

To contact the reporter on this story: Helene Fouquet in
Paris at Hfouquet1@bloomberg.net.
Last Updated: May 30, 2006 06:35 EDT

--------------------------------------------------------------------

MIM: The Western Resistance website answers the question:

"...So what do the members of Tribu Ka believe?

They refer to white people as "leucodermes" or "leucos". The initials KA stand for Kemites Atoniens. Kem is their word for Egypt, and Aton is the name of the monotheistic deity revered by Akhenaten. Akhenaten was the heretical pharaoh, who was husband to Nefertiti and father of Tutankhamun. After his death, many of the carvings of his reign were defaced where the symbol of the "Aton" or the One God were represented, and the usual roster of multiple deities was resetablished in Egypt....

http://www.westernresistance.com/blog/archives/002240.html

MIM:Tribu KA has taken the kemet idea from the Nation of Islam in the United States which propogates the idea of blacks being the chosen people. The NOI propagates the idea that blacks should form a separate entity in the United States and become self sufficient. To that end the NOI has bought plots of land called Muhammed Farms. According to one of the webpages written by Dr.Ridgely Abul Mumim Muhammed " was commissioned in 1995 to be the farm manager for a 1600 acre farm in Georgia purchased by the Nation of Islam."

"...In Ancient Egypt, Kemet, "Khenti" meant "Chief" and Osiris (Ausar), who spread the science of agriculture, was referred to as "Khenti-Amenti" or "Chief of the West". http://muhammadfarms.com/Farmer-Nov28-2005.htm http://muhammadfarms.com/Appologize.htm

MIM: A book about the black connection to Egypt is being sold on the Muhammed Farms website:

I Will Not Apologize: The Resurrection of the Master Architect (2003) 169 (8x11) pages, 64 illustrations

If you want to know why knowing about Ancient Egypt (Kemet) is important to us as a people, you must read this book. This book chronicles the author's development through his awakening, study, research and development of the ideas put forth in this manuscript. "Truth is stranger than fiction." http://muhammadfarms.com/Appologize.htm

This new book does not apologize for the bold and unorthodox ideas presented in the first book, but expands each one of these ideas with research and findings of fact discovered over the last 15 years. It also goes deeper into the construction of the pyramids including the use of "hydraulics".

It shows how to read the stories and 6,480 years of pre-history that the pyramids and other stone structures in the Nile Valley tell in the geometry and layout of their construction. The stories go from the making of the white man, the enslavement of Black people in America and the New Era of the world brought in by Min. Louis Farrakhan.

This book reveals more of the hidden technology of the Kemetic scientists and how the western world has retrofitted Kemetic technology to build modern civilization. One example will illustrate what we mean. As you drive around any city or town take the time to look up and study the water towers as shown below. You can not have tap water in your home, manufacturing plants or office buildings without this technology. This technology was taken directly from the Ancient Egyptians and was called the "Tet" or the pillar in which Osiris (fresh water) was stored. Whenever a new village was started in Kemet, the King set up a "Tet" or water tower. Today, the expansion of modern civilization is still dependent on this same technology.

However, with all the startling findings presented in this book, the one thing that may be the most controversial finding is the predetermined relationship between the Honorable Elijah Muhammad and Malcolm X, which was known by the ancient Kemetic scientists and revealed in their monumental constructions. This relationship must be dealt with in light of the fact that it seems to pop up in any forum where Black liberation is discussed. Malcolm X has moved from being the white man's most hated adversary to being placed on a commemorative stamp by this same white man. Why?

Lastly the man whose number is "666" is revealed. If the author is correct in his analysis of the number and the man (and I believe strongly that I am), then Black people had better take a critical look at the time and what must be done as the world of Yakub goes to hell with us on board.

This book will stretch your mind and shake up your world of complacency, if you read it (smile).

The Egyptian "Tet" Older model Water Tower

More Modern Water Tower

Table of Contents

Preface: Following "Instructions"
I will not Apologize
Egypt is the Prize
The Process of Discovery
The Journey
Yakub's History
Back to that Picture
The Pyramids were not Tombs
How were they built?
Of Boats and Stones
Hiding Technology
Back to my Personal Journey
The Sphinx enigma
Water Purification
Pilgrimage to the Nile
Sakkara Plateau, Thebes and Abydos
Back Home: Finding Rivers
Personal Problems
"6-6-6"?
The Geometry of the Pyramids
The Sign
Testing the God
Cracking the Code
Brother Emmanuel
Muhammad Farms
From the Pyramids to the Million Man March
Temple Orientations
Islam and Kemet
Building the Temples
Sakkara Plateau: Story of Breeding
The Measuring Rod
The Pyramid's Double, the "Ka"
Inside the Pyramid
What Time is It?
Who Discovered the "Double Helix"?
Seti I, A former priest of Set
25,000 Years or 25,920 Years?
The Devil Plans
Who are these So-called White People and So-called Jews?
In Conclusion
"Egypt", "Yakub" and "Is-Ra-el"
We need a Hero (Heru)
Prologue: Upon this Rock
"I Will Not Apologize"
Bibliography

Energy Grids From Kemit to America. (1998) 2 hrs.

The Honorable Elijah Muhammad taught that a group of 24 scientists wrote history in advance every 25,000 years. This well done video shows in detail how the Ancient Egyptians put 6,000 years of that pre-history on the Giza and Saqara Plateaus. While scholars are digging beneath the Sphinx to find the legendary "Hall of Records", Dr. Mu'min shows you the record that they missed in the layout of the stone monuments.

According to Richard Hoagland and other New Age theorists, the Giza Plateau is laid out to replicate the constellation Orion and indicates a point in the past according to the stars. However, Dr. Mu'min shows that the "circles" drawn by Hoagland are incorrect and the time pointed to was in the future and not the past. The "Ring of Power" or "Circle of the Gods" has been found.

Dr. Mu'min follows the lines laid out by the pyramids to the New World and to locations that you must see to believe. It seems that we may be indeed a part of a "play".

====================================================

Muhammad Farms and A Pilgrimage to The Nile. (1997 and 1989) 2 hrs.

In 1989 Dr. Ridgely A. Mu'min and his family went on a fact finding tour of Egypt to verify "theories" presented in his 1988 book, "Amen: The Secret Waters of the Great Pyramid". A three part six hour documentary came out of that trip entitled, "Going Home: A Pilgrimage to the Nile." The present 2 hour video contains a one hour shortened version of that documentary highlighting some of the most mind blowing discoveries.

Dr. Mu'min was commissioned in 1995 to be the farm manager for a 1600 acre farm in Georgia purchased by the Nation of Islam. A one hour section of this video introduces you to him, the farm and the vision for future developments. These two items placed together demonstrate how the past, the present and what must be done are intricately related.

====================================================

From The Pyramids to the Million Man March. (1995) 2 hrs

This presentation was done in September of 1995 leading up to the historic Million Man March that October. In this presentation he shows the "Image of the Beast" in the layout of the Mall area of Washington, DC where over 2 million Black men would be standing in the belly of this "beast". The Masons designed a 200 year plan for America but the Ancient Egyptians had already encompassed that plan within a larger 6,000 year plan.

The presentation takes us back 6,000 years ago to Imhotep, the architect of the Step Pyramid of King Zoser and designer of ALL the stone structures to be built over a 3,000 year period. Imhotep is always depicted carrying a book. That "book" was laid out in the Nile valley and up on the plateaus of that river.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

MIM: Kemi Seba the bright light who is the chief instigator of Tribu KA proudly told an interviewer that he came to all of his (what Interior Minister Sarkozy described as) 'delusional' ideas all by himself .

Excerpts from an interview:

Kemi Saba describes how he met an women at an NOI meeting in Los Angeles and told her that he was "sad that there was no NOI in France. "To my great surprise she told me that their existed a wing of the NOI in Paris which was lead by Karim D.Muhammad. Upon my return to France I helped at a meeting of the NOI in Paris at the Theatre of La Main D'or.

Rapidly also because I was one of the youngest, I became one of the best 'salesmen' of the movement in Paris, something which surely did not escape my mentor, the brother of Karim D. Muhammed.

MIM: When asked why he left the NOI Seba replied: Several reasons. The first is the way in which I devour books, and I finished by comprehending that Islam is not the solution, Egypt,despite the Koran, began under it's real name ('Kemet') found a large place in my heart. The second was that I came to realist that our leader had usurped a title which was not his. He presented himself as a minister of the NOI (a title exclusively for the students of the Nation), which means that he only received the the title of F.O.I from Minister Farrakhan. The difference of size meant that we were members of the NOI according to Brother Karim, and not according to Chicago (the headquarters of the NOI).

MIM: Seba's answer as to why he founded the Kemite Party explains his mix of NOI themes with cryto theological themes based on ancient Egyptian god worship.

Ka - Info: Why did you found the Kemite Party

Kemi Seba: Partly because of my experience with the "Black Muslims" I developed a frenetic need to agitate on behalf of my people which was in accordance with my own convictions.

The months before I formed the PK were rich and eventful.

I travelled to Egypt that year and I paid a visit to the temple of Karnak, of Abu Simbel,the plateau of Giza, the pyramids of Khufu, Djoser, and all the other treasures which are only contained in Kemet. I also read the book "Moses the African" by Pierre Nillon ,which was the first time I came into contact withthe name of d'Atona a god in the conception of armarnienne. It was again when I encountered Pierre Nillon that I became aware of the necessity for my people to have their original names, kermite, and not just, noir, black, african, antillian which are nothing else then the titles leucodermes as far as we are concerned.

Ka-Info: And what is the purpose of the Party Kemite?

Kemi Seba: It can vary according to one's conscience and one's being. I am in the throes of a process of kemitisation . It was at that time that I took the name 'Kemi Seba' which was more authentic for me then Stellio Gilles Robert.

"Everything I teach to my brothers and sisters I learned by myself. Everything I know I learned from from traversing the periods which I actually told you. The NOI, the books , the street, the Kemite Party, those are the grand lines and the basis of my education .

. http://www.libertyvox.com/phpBB/viewtopic.php?t=679&sid=e8f816ddb7759f45c4507183de34417f

TRIBU KA - Mission Statement
From the Google cache

Tribu KA logoTribu Ka is an institution of men and women Kemites. An order founded by the ex-spokesman of the disbanded Kemite Party "Kemi Saba", and of which the only and unique objective is to contribute to reestablishing the true chosen people (properly called kemite) to their rightful place; that of guide of humanity.

We protest loud and strong the titles created for us by the west, such as blacks, negroes, "the Blacks", Africans, West Indians, colonials, mongrels, "chabins", for the simple and good reason that they have been imagined by the demon, for the sole aim of dividing us, as a means to better conquer us.

We reinforce the fact that as kemites ("black" in the language of slavery) every tiny piece of this planet belongs to us, for, in an era when the leucodermes (white-skinned people) were still walking on all fours in their caves, we were already the rulers and the owners of the globe. As a consequence, we reject integration and we proclaim our right to take back our possessions.

We declare that we have no aim other than that of the only master ATON, and his spokesman, Fara Kemi Saba. Beyond these two entities, the CREATOR, the FARA, Tribu Ka is characterised by two branches. The masculine elements, the MEDZATONES and the Sisters, the ASET.

The Medzatones and Aset are the kemites from the most diverse social backgrounds. A certain number of the Medzatones were, before their entry into Tribu KA delinguents and constitute the living proof that ATON (God) is the greatest of alchemists.

The Medzatones, as the male elements of Tribu KA are men who, having made the oath of submission to ATON, consequently left the status of slave mentality behind them. They have a role in the logical succession of kemite priests of old; multiform. Thus they are, at the same time, militias of Tribu KA, initiated for the most part in the toughest martial arts (penchak silat, Thai boxing, judo), but also preachers going out to spread the MAAT (truth and justice, in the Kemite sense).

ASET

They are the feminine elements of Tribu KA. They are our queens, our women, our treasures. Icons of beauty, of intelligence, they are the groundbase of Tribu KA, for without them the resurrection would never take place. As for brothers, each sister becomes an Aset having reached that point to follow a process of advanced kemitisation.

These are some of the elements that describe us as we are. And each day that ATON makes, through the bonds between certain among you, we are speedily growing and marching toward victory.

http://www.westernresistance.com/blog/archives/002240.html

The head of Tribu KA -Kemi Seba

MIM:The activities of an extremist groups worries the authorities


Les activités d'un groupe extrémiste noir inquiètent les autorités

LE MONDE | 30.05.06

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3226,36-777689@51-777534,0.html

Lieu a brigade criminelle de la police judiciaire parisienne a été saisie, lundi 29 mai, après l'irruption, la veille, dans un lieu symbolique de la communauté juive, la rue des Rosiers, d'une vingtaine de membres d'un groupe radical appelé la tribu KA. Dans un courrier au garde des sceaux, le ministre de l'intérieur Nicolas Sarkozy a dénoncé, mardi 30 juin, des "provocations à la haine ou à la violence" à l'égard des juifs et réclamé l'interdiction judiciaire du site Internet de la tribu KA. Cette organisation noire, qui revendique l'appellation de secte, voulait en découdre avec les activistes de la Ligue de défense juive (LDJ) et du Betar. Ses membres ont cherché à se confronter aux "milices juives", responsables - selon eux - de l'agression de plusieurs Noirs en marge des manifestations à la mémoire d'Ilan Halimi. Une plainte a été déposée par un commerçant du quartier à la suite de propos antisémites. La police a procédé à des contrôles d'identité, mais aucune arme n'a été trouvée. Si être antisémite, c'est se défendre contre des agressions commises par des gens négrophobes, alors je suis antisémite, explique "Kemi Séba", pseudonyme du leader du mouvement, qui refuse de donner son âge et croit être espionné par la direction de la surveillance du territoire (DST). La guerre peut être culturelle, philosophique ou physique. On n'est pas de gentils Dieudonné." Ce dernier a pris ses distances, le 13 avril, avec la tribu KA, critiquant son "discours radical".

Selon la tribu KA, l'intégration est un "acte de haute trahison" et le métissage passe pour une "infection". "Nous assumons sans complexes le fait d'être la seule organisation noire à n'autoriser l'accès à ses meetings qu'aux seuls "kémites" (terme inventé, désignant les Noirs africains, perçus comme un "peuple élu"), est-il expliqué sur le site, excluant de ce fait les blancs, arabes ou juifs de nos réunions." Les renseignements généraux parisiens ont déjà souligné à plusieurs reprises les propos et les attitudes racistes de ce mouvement.

Le 21 mai, une première expédition s'était soldée par un échec. La tribu KA prétendait répondre à un défi téléphonique de la LDJ. A l'intention des membres de celle-ci, la tribu KA affirme : "Nous irons vous chercher là où il le faudra, multipliant si besoin est, et le temps qu'il faille, rondes et filatures. Afin que tels des cafards face à la lumière tranchante de la vérité et justice vous finissiez par sortir de vos tanières."

J'espère que tous les journalistes qui ont affirmé que nous avions proféré des menaces antisémites ont de bons avocats car nous comptons bien les attaquer pour diffamation.
La LDJ et le Bétar nous ont ouvertement invités"

NOUVELOBS.COM | 30.05.06

---------------------------------------------------------------------------

MIM: Sarkozy must persecute the "Tribu KA"

Sarkozy veut poursuivre
la "Tribu KA"

NOUVELOBS.COM | 30.05.06 | 18:30
http://permanent.nouvelobs.com/societe/20060530.OBS9545.html

Le logo de la La "Tribu KA", très controversé groupe de défense des droits des Noirs, a défilé dimanche rue des Rosiers, réclamant que lui soient livrés les membres de groupes extrémistes juifs. Une plainte a été déposée. Nicolas Sarkozy demande l'interdiction du site.

Le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy a souhaité, mardi 30 mai, dans une lettre adressée au garde des Sceaux Pascal Clément, que le site internet de la "Tribu KA" soit interdit. Le ministre de l'Intérieur dénonce, de la part de "Tribu KA", des "faits de provocation à la haine ou à la violence à l'égard de personnes à raison de leur appartenance à (...) une religion et d'injure publique à l'égard (...) d'un groupe de personnes à raison de (...) leur appartenance à (...) une religion déterminée".
Il affirme également que des propos et des images antisémites diffusés sur le site internet de "Tribu KA".


Il s'agit, selon lui, de "faits répétés imputables à un groupe d'individus apparemment bien structurés et déterminés (qui) peuvent laisser craindre, si la diffusion du site www.TribuKa.com ne faisait pas l'objet d'une interdiction judiciaire dans les plus brefs délais, la survenance d'événements dont l'importance nuirait gravement à l'ordre public".
Le site n'était plus accessible mardi matin. Selon Kémi Séba, fondateur de la tribu KA, l'hébergeur aurait coupé la connection. Ce dernier affirme que la Tribu KA n'a reçu aucune notification de cette interruption, mais accuse Nicolas Sarkozy d'en être à l'origine.

Rencontre avec le CRIF

Nicolas Sarkozy avait souhaité dès lundi soir que soit diligentée une procédure contre cette association controversée, militant pour les droits des Noirs, à la suite d'une "descente" du groupe "kémite" visant des membres de la Ligue de défense juive (LDJ) et le Bétar, deux groupes extrémistes juifs proche de l'extrême droite accusés de violences.
Le ministre de l'Intérieur l'a fait savoir lundi, après avoir reçu Roger Cukierman, président du Conseil représentatif des institutions juives de France, et une délégation de responsables d'organisations juives, dont le Consistoire de Paris.
Nicolas Sarkozy a assuré à la délégation que "des mesures seront prises" contre ce groupe, avec "des enquêtes sur les personnes dont les identités ont été relevées" par la police, "rapidement intervenue sur place".
"Des poursuites individuelles pourraient être envisagées, de même que la fermeture du site internet de 'Tribu KA' qui est particulièrement antisémite", avait indiqué Roger Cukierman. Une plainte a déjà été déposée lundi.

"Des Noirs ratonnés"

Habillés de noir, une vingtaine de militants de la Tribu KA ont fait, dimanche 28 mai en fin d'après-midi, irruption rue des Rosiers, au cœur du quartier juif dans le IVe arrondissement de Paris, suscitant l'émoi dans la communauté.
Selon Sammy Ghozlan, du Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNCVA), les manifestants portaient des battes de base-ball et criaient des slogans antisémites.
Des affirmations cependant contredites par la police qui, rapidement sur place, a pu contrôler l'identité des militants présents et qui n'a retrouvé aucune arme. Selon plusieurs témoignages, les membres de la Tribu KA scandaient des slogans réclamant que leurs soient livrés des responsables de la LDJ et du Bétar.

Déclaration de guerre

Cette "descente" est la seconde de ces militants, accusés par certains d'extrémisme, à l'encontre de la LDJ et du Bétar, à qui la Tribu KA reproche d'avoir "ratonné des noirs" en marge de la manifestation à la mémoire d'Ilan Halimi, le dimanche 26 février 2006.
Sur son site, le groupe revendiquait s'être déjà rendu il y a quelques semaines dans une salle de sport parisienne dans laquelle s'entraîneraient, selon lui, les groupes juifs extrémistes. Arrivés dans la salle d'arts martiaux juive "Krav-Maga", les militants de la Tribu KA n'avaient trouvé aucun membre de la LDJ ou du Bétar mais avaient formulé une véritable "déclaration de guerre" à l'encontre des deux groupuscules.
"Nous irons vous chercher là où il faudra, multipliant si besoin est, et le temps qu'il faille, rondes et filatures", avertissait ainsi la Tribu KA sur son site internet.
"Vous avez voulu la guerre, vous l'avez, de surcroît face à des gens qui veulent vous karchériser".
La Ligue de défense juive avait répondu à ces menaces de façon non moins extrême dans un communiqué intitulé "Blanc de peur !" et diffusé sur son site. "Ils peuvent être sûrs que nous leur offrirons le meilleur accueil lors de leur prochaine visite à nos entrainements", affirmait le groupe extrémiste.
Fortement controversée, et parfois accusée de racisme, la Tribu KA est un groupe ethnico-religieux se réclamant du peuple kémite et dirigé par Kémi Séba. Critiquée pour les méthodes "dures" qu'elle préconise, elle est entrée en conflit ouvert avec les groupes extrémistes juifs après la manifestation parisienne à la mémoire d'Ilan Halimi. Celle-ci avait été émaillée de plusieurs incidents et violences à l'encontre de personnes d'origine maghrébine ou africaine.

------------------------------------------------------------------

http://permanent.nouvelobs.com/societe/20060601.OBS9953.html

Sarkozy et de Villiers
rue des Rosiers

Alors que L'UEJF et SOS Racisme ont réclamé la dissolution de la "Tribu KA", Philippe de Villiers, puis Nicolas Sarkozy, se sont rendus rue des Rosiers.



En visite rue des Rosiers à Paris, le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy a demandé une nouvelle fois mercredi 31 mai dans l'après-midi à ce que le groupe radical noir Tribu Ka "soit mis hors d'état de nuire" et a même envisagé une dissolution pure et simple de ce mouvement soupçonné d'être impliqué dans les incidents de dimanche dans ce quartier juif de la capitale.
Accueilli sous les acclamations d'une partie des riverains et passants présents qui scandaient "Sarkozy président", le ministre a promis "un renforcement important des patrouilles" de police dans cette partie du Marais. Car, a-t-il souligné, "je ne veux pas qu'un seul juif ici ait peur (...) La peur d'un seul juif, c'est une tache sur le drapeau tricolore".
Mais, en échange, Nicolas Sarkozy a demandé à la communauté juive de ne pas s'organiser en groupes d'autodéfense et de ne pas mener d'actions de représailles. "Le devoir de l'Etat face à ces dérives est de protéger la communauté juive", a-t-il dit.
"Et le devoir des responsables de la communauté juive est à la fois d'alerter, ce que vous avez fait, et d'apaiser, ce que vous allez faire. Ce n'est pas à vous d'organiser votre sécurité (...) Rien ne serait pire que les provocations de groupuscules antisémites suscitent demain des réactions d'autodéfense", a-t-il souligné.

Déclaration solennelle

Après avoir échangé quelques mots dans la rue avec des passants et représentants de la communauté juive, dans une cohue indescriptible et sous le regard inquiet de son service d'ordre, Nicolas Sarkozy s'est rendu dans une école juive pour prononcer une déclaration présentée comme solennelle.
"Je demande à ce que ce groupe soit mis hors d'état de nuire", a-t-il lancé. "J'ai demandé aux services de police d'étudier l'hypothèse d'une dissolution de la Tribu Ka", a-t-il ajouté, sur le fondement de la loi de 1936 relative aux groupes de combat et aux milices privées. "Je n'ignore nullement que la dissolution est une procédure exceptionnelle (...) Je n'hésiterai pas une seconde à la demander".
En outre, le ministre de l'Intérieur s'est dit convaincu "que le site Internet de ce groupe tombe sous le coup de la loi. Il appartient à la justice d'y mettre un terme, et le plus tôt sera le mieux", a-t-il souligné.
Nicolas Sarkozy a rappelé qu'il avait écrit dès lundi une lettre au ministre de la Justice "demandant que le parquet engage sans délai des poursuites contre ces individus". "J'attends de la justice qu'elle se prononce dans les meilleurs délais, de manière ferme et vigoureuse", a-t-il ajouté.

"Idéologie nauséabonde"

Plus généralement, le ministre a reconnu "une certaine recrudescence de la violence antisémite" depuis la fin 2005 en France, principalement en région parisienne, après les bons résultats obtenus l'année dernière.
Concernant la Tribu Ka, le ministre a parlé d'un "groupe d'une trentaine de membres, dont l'idéologie est nauséabonde". C'est une idéologie "à la fois stupide, confuse, et la seule chose qui soit claire, c'est qu'elle est antisémite".
Habillés de noir, une vingtaine de militants de la Tribu KA ont fait, dimanche 28 mai en fin d'après-midi, irruption rue des Rosiers. Selon Sammy Ghozlan, du Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNCVA), les manifestants portaient des battes de base-ball et criaient des slogans antisémites. Des affirmations cependant contredites par la police qui, rapidement sur place, a pu contrôler l'identité des militants présents et qui n'a retrouvé aucune arme. Selon plusieurs témoignages, les membres de la Tribu KA scandaient des slogans réclamant que leurs soient livrés des responsables de la LDJ et du Bétar., d'après des témoins, ils avaient "proféré des propos agressifs, voire à caractère antisémite, à l'égard du voisinage", selon la préfecture de police de Paris.

De Villiers avait précédé le Ministre de l'Intérieur

Philippe de Villiers, président du Mouvement pour la France (MPF), s'était rendu peu avant rue des Rosiers à Paris pour exprimer sa "solidarité" envers les juifs.
Philippe de Villiers est arrivé rue des Rosiers vers 15H30, alors que Nicolas Sarkozy, ministre de l'Intérieur, y était attendu peu après.
"Je dis à Nicolas Sarkozy: 'assez de communication, de l'action!'", a lancé le président du MPF, qui est entré dans plusieurs magasins de la rue. Le président du MPF a de nouveau réclamé "l'interdiction" de "Tribu KA", "l'expulsion du territoire national" et la "déchéance de la nationalité française" des personnes ayant proféré des propos antisémites.
Quelques passants ont crié: "Villiers président".


MIM:The Nouvelle Observateur asked both the head of the Tribu KA group and the head of the French Jewish Defense League to give their version of events in the Jewish quarter on Sunday. The head of the Tribu KA group who claims that they had come to the Rue des Rosiers to 'seek out those Jews who they accuse of manhandling blacks at memorial march to commemorate the death of Ilan Halimi',. Halimi was kidnapped and tortured by a a group of Muslims for 3 weeks, and died of his injuries. The group had targetted him because he was Jewish.

At the end of the letter by the Tribu KA - the group's leader threatens journalists with a defamation lawsuit due to their accusations of anti semitism.

The leader of the French Jewish Defense League who explains that the JDL has nothing whatsoever to do with Betar.

http://permanent.nouvelobs.com/societe/20060530.OBS9611.html

Quelle est votre version des faits concernant votre opération de dimanche dernier rue des Rosiers ?

- Notre version est simple: nous nous sommes déplacés, non pour faire une "chasse aux juifs" comme on peut l'entendre aujourd'hui, mais pour chercher les responsables de groupes extrémistes qui se sont rendus coupables de ratonnades à l'encontre de noirs lors de la manifestation à la mémoire d'Ilan Halimi.
Nous savions que ces personnes se trouvaient rue des Rosiers et nous nous sommes déplacés comme des hommes, sans armes, pour demander des comptes et que justice soit faite pour les noirs qui ont été frappés et dont les agresseurs semblent bénéficier d'une totale impunité dans ce pays.
J'affirme qu'il n'y a eu aucun slogan antisémite scandé et qu'aucun de nous n'était armé. Ce que d'ailleurs a confirmé la police qui nous a contrôlés. Je pense que l'on peut également faire confiance aux Renseignement généraux qui étaient très largement présents ce jour là, en civil, et qui auraient pu très bien nous interpeller. Nous nous sommes rendus rue des Rosiers simplement pour demander des comptes à la LDJ et au Bétar, deux organisations extrémistes qui poignardent et tabassent des noirs sans qu'il n'y ait aucune réaction de la part des pouvoirs publics.

Que s'est-il passé exactement lors de la manifestation pour Ilan Halimi ? Votre opération de dimanche intervient après une précédente action au cours de laquelle vous vous étiez rendus dans une salle de sport afin d'y trouver des membres de la LDJ et du Bétar. La LDJ vous avait répondu dans un communiqué intitulé "Blanc de peur!". Ne craignez-vous pas d'envenimer les choses en leur répondant ?

- Lors de ce défilé [pour Ilan Halimi, ndlr] des membres de la LDJ et du Bétar s'en sont sauvagement pris à tout ce qui n'était pas juif. Et donc, en ce qui nous concerne, à des noirs. Il était de notre devoir de leur faire comprendre qu'on ne peut pas toucher un noir impunément.
Après notre première action dans leur salle d'entraînement, nous avons effectivement reçus des appels de personnes se présentant comme membres de la LDJ et du Bétar. Ces personnes nous ont ouvertement invités à venir rue des Rosiers, nous affirmant qu'elles seraient là, prêtes à nous recevoir.
Tout le monde connaît les agissements de ces groupes dont la liste des exactions ne tiendrait pas dans une encyclopédie. Mais personne n'intervient. Nous ne sommes plus des sous-hommes et je ne crois pas que répondre à ce type de personnes soit agir en provocateur. Nous nous sommes déplacés les mains nues, simplement en hommes, et pas en lâches.

Nicolas Sarkozy entend demander la fermeture de votre site, qui dès aujourd'hui n'est plus disponible, l'accusant de propager un message antisémite. Qu'en est-il exactement ?

- Notre site a été fermé sur ordre de Nicolas Sarkozy sans aucune justification ni avertissement alors que ceux de la LDJ et du Bétar continuent encore aujourd'hui de diffuser leurs messages. On se croirait en URSS ou en Afrique du Sud!
Concernant les accusations d'antisémitisme, si c'est être antisémite que de pointer certaines parties d'une religion qui ont servi de justification à l'oppression d'un peuple, alors oui, nous le sommes.
En l'occurrence, dans la torah, il y a des passages, par ailleurs repris par la religion catholique, sur la "malédiction de Cham", le fils de Noé puni par Dieu, qui ont permis d'asseoir l'esclavage. C'est tout ce que nous disons et je ne vois pas ce qu'il y a là d'antisémite.
Mais je pense que toute cette affaire est, au fond, une extraordinaire occasion pour nous d'exposer nos idées sur la place publique. Ceux qui nous accusent vont rapidement se rendre compte qu'ils sont face à des gens qui ont étudié leur histoire et qui savent de quoi ils parlent. Ces personnes nous offrent une extraordinaire tribune et ceux qui nous ont calomniés vont devoir payer. J'espère que tous les journalistes qui ont affirmé que nous avions proféré des menaces antisémites ont de bons avocats car nous comptons bien les attaquer pour diffamation.

Propos recueillis par Jérôme Hourdeaux


(le mardi 30 mai 2006)

--------------------------------------------------------------------------------

La Tribu KA affirme avoir agi à la suite à d'agressions de noirs lors de la manifestation à la mémoire d'Ilan Halimi. Avez-vous eu connaissance de tels incidents ?

- Je souhaiterais tout d'abord apporter un droit de réponse à l'article de nouvelobs.com d'hier qui nous présentait comme un mouvement extrémiste et violent: le Bétar n'approuve pas, et dénonce, tout acte à connotation raciste commis à l'encontre d'une quelconque communauté. Notre seul but est la défense de la communauté juive et d'Israël.
Maintenant, concernant la manifestation à la mémoire d'Ilan Halimi, il faut savoir que le Bétar n'avait pas spécifiquement appelé à manifester ce jour-là et que nos militants s'y sont rendus à titre individuel. Mais, après en avoir parlé avec eux, aucun n'a constaté d'agression raciste ou de débordement et, surtout, aucun d'entre eux ne saurait participer à de tels actes. Et s'il est avéré que ces actes ont bel et bien eu lieu, bien entendu nous les condamnerons vigoureusement.

Avant l'incident de dimanche dernier, la Tribu KA affirme avoir eu au téléphone des personnes se présentant comme membres de la Ligue de défense juive (LDJ) et du Bétar et les "invitant" à se rendre rue des Rosiers pour en découdre. La LDJ a d'ailleurs publié un communiqué assez provocateur intitulé "Blanc de peur!". Confirmez-vous ces contacts ?

- Je le démens formellement nous concernant. Concernant la LDJ, je ne peux pas être au courant. La LDJ n'est pas le Bétar et nous n'avons aucun rapport. Je ne connais d'ailleurs pas les membres de ce mouvement et aucun de nos militants n'en fait partie. C'est pour nous une condition sine qua non. Cela peut peut-être paraître une ligne "dure", mais nous ne partageons pas nos idées avec d'autres mouvements et nous n'avons donc aucun contact avec la LDJ.
Mais, de toute manière, nous condamnons toute violence et tout discours violent et raciste. Notre travail est avant tout éducatif et idéologique et nous n'avons, je le répète, aucun rapport avec ces affaires.

Comment comptez-vous réagir ? Comment éviter que la situation ne dégénère ?

- Je pense que c'est d'abord aux pouvoirs publics de réagir. Si nous sommes attaqués physiquement, nous utiliseront bien entendu notre droit à la légitime défense, mais pour l'instant ce n'est pas le cas et, encore une fois, la violence ne fait pas partie de la politique du Bétar. Pour l'instant, il faut laisser la police faire son travail.
Nous appelons également à ne pas faire d'amalgame. Le Bétar souffre malheureusement d'une mauvaise image de marque qui n'est pas justifiée. Notre travail est un travail éducatif, de défense de la communauté juive et du sionisme. Nous sommes un mouvement qui n'est ni raciste ni xénophobe, et nous condamnons tout acte de violence. Le peuple juif, de par son histoire et les souffrances qu'il a endurées, ne peut devenir un peuple à consonance raciste.

Propos recueillis par Jérôme Hourdeaux
(le mercredi 30 mai 2006)

Sarkozy veut poursuivre la "Tribu KA"

3 questions à... Yaakov (Bétar): "Nous condamnons tout acte raciste"

Les réactions

Débat Antisémitisme et négationnisme

Débat Le racisme

May 2, 2006

MIM: In the article above the leader of Tribu KA which is about to be banned for inciting violence and hatred wrote that his group was "not as polite as Dieudonne'. The article below reveals how a French Muslim comedian has become the embodiment of black Muslim Jew baiting to increasing popularity both in France and abroad.

http://www.frontpagemag.com/Articles/ReadArticle.asp?ID=22259

France's Crackpot Comedian

By Steven Plaut

France, formerly the nation of Balzac and Voltaire, is today best represented by Dieudonné, an anti-Semite and self-styled "comic."

Dieudonné M'Bala M'Bala (his full name) is the French son of a British mother and a Cameroonian father. (You can see his poster here.) Beloved by many on the French Left, Dieudonné is so popular in modern France that he is planning to run for President in 2007.

Not the least significant reason for Dieudonné's appeal is his eagerness to pander to the anti-Israel prejudices of French audiences. In one of his more notorious acts, he dressed up as a uniformed Israeli settler in the Palestinian occupied territories, gave Nazi salutes, and called upon young people to "join the American-Zionist axis."

He also likes to dress up as a rabbi on stage and cry "Isra-heil!" During an anti-Israel sketch in which he portrays Hitler in his bunker, Dieudonné closes with the line: "You will see, in the future, people will come to realize that I, Adolf Hitler, was really a moderate."

As such punch lines suggest, Dieudonné has a fairly extensive repertoire of anti-Jewish "humor." He frequently attacks Jews for "whining" about the Holocaust even as they are "mistreating" the Palestinians.

It has been reported that Dieudonné described the Holocaust as a "memorial pornography." In his standup sketches, Dieudonné does an impression of Bernard-Henri Lévy, the Jewish-French philosopher, haggling with a street potato seller. Dieudonné-as-Lévy says: "How can you ask me to pay so much when 6 million of us died in the Holocaust?"

Dieudonné also insists that Jews were behind the slave trade that brought Africans in chains to the Western Hemisphere. He also says Jews played a "central role" in the 15th-century slave trade. (In fact, they did, but as slaves; in the 15th century, virutally all European slaves were from Europe.)

And Dieudonné does not limit himself to verbal attacks on Jews. This April, for instance, he was walking down a Parisian avenue with his two kids when two Jewish passersby, one aged 19 and the other 25, recognized Dieudonné and walked up to him to express their dislike of some of his more openly anti-Jewish remarks. They told him that they believed that his bigotry lay behind the recent torture and murder of a Jewish teenager in Paris, Ilan Halimi.

Dieudonné did not take their criticism well. After walking his two kids home, he took out a tear gas canister and went back out to the boulevard, searched out his two Jewish critics, and sprayed them with the tear gas. It was obviously a pre-meditated assault; the victims reported the attack to the gendarmerie and Dieudonné was arrested. But his publicist told the French media that Dieudonné had himself been attacked by "two right-wing Zionists from the Extremist Right," adding that their verbal "attack on him" proved how "extremist Jews and Zionists are."

This was not Dieudonné's first run-in with the law. He has been sued at least 20 times. Dieudonné is also slated to stand trial again under French anti-racism laws, for comments made in 2003, when he declared that Jews were "a sect, a rip-off." He has repeatedly asserted that Jews spread the AIDS virus in Africa. (For the record, Jewish doctors were the first to diagnose AIDS and identify it as a virus.) The Algerian L'Expression recently published the following remarks from the comic: "Zionists are exempt from punishment. If someone calls a child in front of a Jewish school ‘dirty Jew,' it's enough to create a global uproar. Zionism is the AIDS of Judaism." These statements shocked the French media, leading French Minister of Justice Dominique Perben to launch his own investigation of Dieudonné. The "comic" earlier insulted the representative of the Conseil Representatif des Institutions Juives de France, a Jewish umbrella organization, describing it as "a group of criminals" and "a mafia." Meanwhile, Paris police have blamed Dieudonné for inspiring several violent attacks on Jews by Paris banlieue hooligans.

Dieudonné has faced criminal charges following a 2002 interview he gave to French magazine, L'Echo des Savanes, in which he said bin Laden had changed the way force could be used in the world, and that bin Laden "is alone against the biggest power in the world, so naturally he inspires respect." He has also praised bin Laden's "charisma." Paris prosecutors had demanded an apology from the comic, tying his remarks to the events of September 11, 2001, and started legal proceedings against him, saying he was trying to justify terrorism. The charges were later dropped. Dieudonné was convicted, however, and fined more than $6,000 in the southern city of Avignon for comments published in Le Monde, in which he accused Jews of "organizing a very strong lobby and taking control of the media."

Although many on the French Left continue to admire his hate-filled routines, Dieudonné's more outrageous remarks have prompted a backlash. About a dozen theaters all over France, and one in Geneva have canceled Dieudonné's shows. Several television and radio networks have also ordered Dieudonné off the air. He has been barred from the Olympia theater in Paris, although hundreds of his supporters protested the ban. Dieudonné said he regarded the ban by the Olympia as "an infringement on his freedom of expression." Several of his performances have been disrupted by members of the audience, triggering anguished protests by the French "intelligentsia," demanding that his "free speech" be respected. Harlem Désir, a member of the European parliament, has called for a boycott of Dieudonné's shows, saying, "He's one of the biggest anti-Semites in France." Alain Finkielkraut, a Jewish professor of philosophy, agrees. "I wish I could ignore Dieudonné," he told a French radio show.

Yet Dieudonné certainly has his fans. His antics have earned him a reputation as a "left-wing Le Pen," a reference to the leader of the far-Right "Front National" party, which many Frenchmen see as a compliment. He is celebrated by Western neo-Nazis who also despise blacks, and has performed for French audiences in Montreal. In the United States, he has been championed by the far-Left web magazine Counterpunch. Last year, for instance, the magazine published an article titled "Censorship and the Empire: Dieudonné and the Uses of Anti-Semitism," by regular columnist Diane Johnstone. Johnstone's goal was to denounce those who make charges of anti-Semitism -- as if the epithet were inappropriate for someone who, like Dieudonné, has a long record of contempt for Jews.

Despite applause from the political fringe, Dieudonné's biggest base of support remains his native country. Perhaps nothing better illustrates France's decline than the rise of Dieudonné's celebrity.

-------------

http://www.libertyvox.com/phpBB/viewtopic.php?t=679&sid=e8f816ddb7759f45c4507183de34417f

Depuis quelques temps, un groupuscule "la tribu K.A" afro-raciste anti-blanc et antijuif fait parler de lui et on ignore quasiment tout de ces gens, hormis le fait de découvrir des vidéos ça et là.

Voici une interview du demeuré étant le porte-parole des afros se sentant "ex-clus" de la mééééchante société blanche.

A noter un certain nombre de collusion/affiliation fort intéressant pouvant expliquer qui dirige en sous-main ces demeurés à la ptite semaine et par extension qui tire un profit de voir éclore un Dieudonné dans le débat politique françousse.

http://africamaat.com/article.php3?id_article=479

jeudi 24 novembre 2005
Interview de Kémi Séba, Fara de la Tribu KA
TRIBU KA

Kémi Séba est connu (surtout depuis les derniers événements ) de beaucoup de frères et sœurs kémites, en tant que leader de la Tribu KA, mouvement noir radical s'appuyant sur la spiritualité monothéiste kémitique.

Mais beaucoup moins connaissent son parcours. Suites aux nombreuses demandes de certains d'entre vous, Ka-Info, journal de rue a proposé au frère Kémi Séba de se plier à une interview afin d'éclairer les jeunes sympathisants sur son parcours.

Ka-Info : Ankh oudjat seneb Fara Kémi Séba.

Kémi Séba : Hotep y inedj her tjen frère.

Ka-Info : Frère Kémi, dans la communauté kémite d'aujourd'hui, de part votre combat, et vos déclarations, beaucoup vous connaissent en tant que leader de la Tribu KA, mouvement kémite aux idées radicales. Mais très peu connaissent votre parcours qui vous a amené à être l'homme que vous êtes aujourd'hui. Pouvez vous nous conter votre cheminement jusqu'à la Tribu KA ?

Kémi Séba : J'essayerai d'être le plus synthétique possible.

Pour commencer, je dirais que comme beaucoup de jeunes frères et sœurs, j'ai fait de la prison.( J'entends par prison absence de lumière, de connaissance de soi dans un environnement qui vous est hostile).

J'en suis sorti par le biais de plusieurs supports. Le feuilleton "Racines" notamment, fut le premier film véritablement déterminant dans ma vie.

En regardant ce feuilleton, à 14 ans, j'ai pu opérer un parallèle, avec ce qu'avait connu ma famille, lors de sa vie dans le "pays des droits de l'homme blanc", que ce soit dans les villages racistes de province où nous avions vécu, ou ailleurs.

Ce feuilleton a en quelque sorte internationalisé mon regard sur l' homme "noir", dans le sens où j'ai compris que les discriminations, humiliations et exactions , n'étaient pas des procédés appliqués à ma seule famille, mais bel et bien à l'homme "noir" en général.

La deuxième étape a été celle qui a vu, loué soit le Suprême, ma destinée s'affirmer lorsque lors d'un voyage à Los Angeles, j'ai assisté à un meeting de la Nation Of Islam, à la mosquée 27, dirigé par le ministre Tony Muhammad.

J'avais entendu parler de cette organisation de par le film "Malcolm X", et surtout "la Million Man March" en 1995, à Washington, dont j'avais eu les échos quelques années plus tard.

Le fait d'être dans une assemblée peuplée uniquement de "noirs", écoutant un discours enflammé au regard des réactions du public me fit pleurer, bien que ne comprenant pas tout le discours , n' étant pas bilingue. A la fin du meeting, me voyant extrêmement ému, et jeune, visiblement pas américain (j'étais ce jour là habillé en tenu africaine), une "maman" membre de la Nation Of Islam vint à ma rencontre, et me parla maternellement. Dans un anglais hésitant, mais compréhensible, je discutais avec elle quelques minutes, lui disant que j'habitais Paris, et que j'étais triste de ne pas avoir de N.O.I en France.

A ma grande surprise, elle m'informa du fait qu'il existait une antenne de la NOI à Paris, dirigé par Karim D. Muhammad.

De retour en France, j'assistais à un meeting de la NOI, à Paris, au Théâtre de la Main D'or. Le Théâtre était quasiment vide, mais ce n'était pas ce qui m'importait. Pour la première fois, j' entendais un frère "noir" francophone traduire ma vision de l'homme blanc, et exprimer la douloureuse situation de l'homme "noir", avec une éloquence sans faille.

Le frère Karim était pour moi un monument.

Ka-Info : C'est à cette époque que vous avez intégré les Blacks Muslims en France ?

Kémi Séba : Oui. J'avais 18 ans. Scolairement, j'étais censé être en série scientifique, mais je n'allais plus au lycée. L'école ne me parlait plus. La Nation Of Islam sous l'égide de Karim Muhammad devint mon école. J'étais le plus jeune membre de l'organisation sur Paris. J'appris plus durant cette année et demie de NOI que pendant toute ma scolarité.

Ka-Info : Qu'avez vous appris ?

Kémi Séba : J'ai appris à lire (A) , à parler (B) , à débattre (C), à agir dans l'adversité.

(A) A lire en étudiant les thèses de l'honorable Elijah Muhammad (qui me permit d'exalter ma négritude). J'étudiais toute sorte de chose sous le prisme de son enseignement. De la philosophie à l'étude des religions, sans compter l'histoire, évidemment.

(B) A parler, parce qu'en temps qu' apprenti Fruits d'Islam, comme tous les autres éléments masculins, je devais le Samedi, qu'il pleuve ou qu'il neige, aux "Halles" ou à "Chateau d'eau, vendre le "Final Call", l'organe officiel fondé par l'honorable ministre Louis Farrakhan. Le journal était en anglais, et je devais convaincre des frères et sœurs, (qui bien souvent ne connaissait pas la langue de Shakespeare) de l'acheter, ou encore de prendre les traductions en français des prêches de l' honorable Elijah Muhammad, ou du ministre louis Farrakhan.

Cette expérience fut formidable parce que, dans la rue, à Châtelet ou à Château d'eau (NLDR : deux quartiers à dominante noire de Paris), il m'est arrivé de discuter aussi bien avec un avocat noir, qu'avec un dealer noir ou une call girl noire. Pour un noir, la rue reste la rue, et l'on doit s'adapter à chaque interlocuteur(trice) qui à un parcours différent, une vision différente, des aspirations différentes. La rue, c'est la loterie. Vous pouvez aussi bien tomber sur des vendus que des guerriers. Parce que le temps qui nous étaient imparti était généralement court, j'ai rapidement appris qu'il était nécessaire d'être incisif au bout de quelques secondes, afin de capter l'auditoire, alors que bien d'autres auraient laissé passer la proie de conscientisation.

Rapidement, bien qu'étant le plus jeune, je devins le meilleur vendeur du mouvement sur Paris, ce qui n'échappa bien sûr pas à mon mentor, le frère Karim D. Muhammad.

Ka-Info : Pourquoi alors être parti ?

Kémi Séba : Plusieurs raisons. La première est qu'au fur et à mesure que je dévorais les livres, je finis par comprendre que l'Islam n'était pas la solution, l'Égypte, maudite dans le Qu'ran, commençait sous son vrai nom ( "Kemet"), à trouver une grande place dans mon cœur.

La deuxième était que je me rendis compte que notre leader avait usurpé un titre qui n'était pas le sien. Il se présentait comme ministre de la NOI (titre extrêmement élevé dans la Nation) alors qu'il n'avait reçu du ministre Farrakhan que le titre de F.O.I. Différence de taille qui fit que nous n'étions membre de la NOI qu'au regard du frère Karim, et non au regard de Chicago (siège de la Nation d'Islam).

Ka-info : Pourquoi dans ce cas, ne pas être parti continuer votre formation en Angleterre ou aux USA, comme d'autres de vos frères l'ont fait ?

Kémi Séba : Parce que comme je viens de le dire, la connaissance de soi s'agrandissait à mesure que je lisais, et je ne pouvais pas faire semblant de ne pas voir que je prenais une direction allant à contrario de mon savoir.

En effet, auparavant, j'étais comme beaucoup de frère qui se convertissent à l' Islam dans une attitude contestataire vis à vis de l' Occident. Le problème, c'est que l'Islam fait partie de la matrice sémito-centriste et que cette matrice est de par son essence même contre nous.

Ka-info : C'est à dire ?

Kémi Séba : C'est à dire que, comme l'explique très bien mon père Doumbi Fakoly, ou encore Pierre Nillon, en 398 avant JC, par l'intermédiaire d'un scribe juif du nom d'Esdras, la Torah a été rédigé. Torah dans laquelle a été pour la 1ère fois énoncé la malédiction de Cham, autrement dit la malédiction de notre peuple.

De cette malédiction découlent l'esclavage, la colonisation et notre situation actuelle.

Et considérant que la Torah est un élément constitutif des deux autres religions, Christianisme notamment, et que dans le Qu'ran, certains éléments de la Torah sont repris comme étant des faits historiques (l'épopée de Moise etc..), tout cela entraîna au fur et à mesure à mes yeux qu'il serait difficile pour moi de me battre pour mon peuple avec comme profession de foi ces religions anti-kémites.

Ka-info : Vous voulez dire qu' un noir chrétien, musulman et autres ne peut pas lutter correctement pour son peuple ?

Kémi Séba : Il faut être humble. Malcolm X, Marcus Garvey, Sankara, Lumumba était musulmans ou chrétiens , et ils ont fait avancer notre peuple. Mais la différence entre eux et nous, c'est que nous sommes leur continuité, et non pas leur copié collé. Nous devons étudier leurs trouvailles comme leurs erreurs, pour pouvoir avancer. Voilà pourquoi, parce que nous connaissons aujourd'hui nos philosophies originelles, ce qui n'était pas forcément le cas avant, nous devons faire honneur aux ancêtres, et non pas réitérer leurs erreurs.

Ka-Info : Qu'avez vous fait après votre départ de la Nation Of Islam ?

Kémi Séba : J'ai entamé des cours du soir (plus pour mes parents que pour moi) à la Fac de Nanterre, en Capacité en droit. La connaissance de soi en plus, j'y ai d'ailleurs acquis, moi l'éternel autodidacte, mon seul diplôme de l'homme blanc, en terminant 1er sur 300 inscrit la première année, et 5 ème sur 35 la 2 ème.

Cette à cette époque que j'ai rencontré les frères Evens, Raheem, Joce, avec lesquels j'allais fondé le Parti Kémite.

Ka-Info : Pourquoi avoir fondé le Parti Kémite ?

Kémi Séba : Parce que de part mon expérience passé chez les "Blacks muslims", je ressentais le besoin frénétique d'agir pour mon peuple en étant en accord avec mes convictions.

Les mois qui précédèrent la fondation du P.K furent riches en événement.

Je voyageais cette année là en Égypte et je devais visiter le temple de Karnak, d'Abou Simbel, le plateau de Gizeh, les pyramides de Khufu, Djoser, et tant d'autres trésor que seul Kemet pouvait contenir. Je devais aussi lire le livre "Moise l'Africain" de Pierre Nillon qui pour la première fois me mit en contact avec le nom d'Atona, dieu dans la conception amarnienne.

C'est encore à travers Pierre nillon que je pris conscience de la nécessité de nommer mon peuple par son nom originel, kémite, et non plus "noir", black, africains, antillais qui ne sont rien d'autres que les appellations des leucodermes nous concernant.

Ka-Info : En quoi consistaient les buts du P.K ?


Kémi Séba : Ils étaient variés, du fait des différents taux de conscience en son sein. J'étais en plein processus de kémitisation (c'est à cette époque que je pris le nom de "Kémi Séba", plus authentique pour moi que celui de Stellio Gilles Robert) .

D'autres venaient uniquement dans le P.K, parce qu'ils souhaitaient que les noirs existent dans ce pays, alors que mon but était que nous redevenions ce pourquoi le Suprême nous a mis là, c'est à dire les guides de l'Humanité. Je n'ai jamais voulu mendier aux blancs, car instinctivement, j'ai toujours senti que nous valions mieux que cela.

Ka-Info : Quelle était votre relation avec Pierre Nillon qui a été un des cadres du Parti Kémite ?

Kémi Séba : Une relation de père et de fils. Il y avait un respect réciproque. Il était le responsable culturel du P.K, et moi j'étais le porte parole. C'est lui qui m'a parlé pour la 1ère fois d'Atona. Je mentirais en disant qu'il m'a apprit beaucoup au niveau du contenu de cette spiritualité, mais il m'en a donner des bribes suffisantes, pour que, à mon tour, je puisse à moi seul l'explorer, et en voir le potentiel illimité.

Ka-Info : Pendant cette période de kémitisation accélérée, avez vous suivit des cours dans des instituts tels que Khepera Shabaka, ou Africamaat ?

Kémi Séba : Jamais. Ce que j'enseigne à mes frères et sœurs, je l'ai appris seul. Tout ce que je sais, je l'ai appris au travers des périodes que je vous raconte actuellement. La N.O.I, les livres, la rue, le Parti Kémite, voilà dans les grandes lignes les bases de mon éducation. Et c'est ce qui fait que humblement, comme je le dit souvent ironiquement à mes aînées d'Africamaat, je ne suis pas sûr que la connaissance de soi soit plus aiguisée chez eux que chez moi.

Néanmoins, je loue l'initiative d'Africamaat, car elle permet à une certaine partie de la jeunesse kémite de prendre conscience de son histoire, dans les grandes lignes. Mais il faut être aussi en phase avec la réalité. Beaucoup de jeunes frères et sœurs trop déconnectés du monde scolaire, ne trouveront pas leur place dans la vision d'africamaat. En ce sens, Moi et les miens avons un rôle complétif, et parfois même correctif à jouer dans le cadre de l'éducation, même si le but de la Tribu KA va au delà de la seule conscientisation, nécessaire, mais pas suffisante.

Ka-Info : Très bien. Mais pour reprendre là où nous en étions avant cette question, le Parti Kémite traînait l'image d'un mouvement noir radical, mais parfois immature dans le fond. Qu'en dites vous ?

Kémi Séba : Je dis que bien souvent, ceux qui nous décrivaient ainsi personnifiaient l'immaturité même.

Non. Le Parti Kémite était en avance sur la plupart des organisations kémites francophones. On éduquait les nôtres, et dérangeait "l 'establishment", c'est clair. Maintenant, en tant que co-fondateur, et ancien porte parole, si je dois porter un regard critique sur le P.K, ce serait au niveau de la cohérence. Comme je l'ai dit plus haut, le Parti regroupait des militants "pro-blacks" voulant s'intégrer au final à la France, des séparatistes (comme moi même) et enfin, comptait dans ses rangs aussi bien des musulmans, des chrétiens, et des atoniens.

Ka-Info : C'est cela qui a suscité votre départ du P.K, comme tant d'autres ?

Kémi Séba : Je n'étais pas contre le fait de travailler avec des musulmans, chrétiens, ou autres., mais beaucoup d'entre eux n'acceptaient pas que je déclare que leurs religions étaient anti-kémites. De plus, du fait de l'audience grandissante que nous prenions, et de mon discours jugé de plus en plus radical, il était devenu naturel que je quitte mon poste de porte parole national du P.K.

Ka-Info : Pourquoi ne pas avoir suivit Pierre Nillon, qui était parti avant vous du P.K ?

Kémi Séba : Parce que ses motivations n'étaient pas d'après moi les mêmes que le miennes. Notre vision de la philosophie atonienne et du combat était désormais trop antagoniste pour se réunir dans une même structure.

Malgré tout, c'est quelqu'un que je respecte profondément, quoi qu'on en dise, et qui a eu un impact sur ma vie.

Ka-Info : C'est ainsi que vous avez fondé, l'organisation "politico-mystique", que l'on connaît aujourd'hui, la Tribu KA ?

Kémi Séba : Je ne l'ai pas fondé, je l'ai reformé. Comme je l'enseigne aux frères et aux sœurs, la Tribu a vu le jour au moment où hérou (horus) a vaincu Seth. Il est pour nous le symbole de l'énergie créatrice, le Ka.

Selon ma vision de l'ennéade, Hérou a, en mélangeant des valeurs tels que la volonté de vérité et justice (Mâat), la colère, l'esprit de vengeance, permit à ses poursuivants (Shemsou hérou) de voir quel était le potentiel créateur, mais aussi destructeur (vis à vis du mal) du Ka.

Mais le temps passant, beaucoup s'éloignèrent des enseignements de l'ennéade, et oublièrent que pour Ausare, Aset et les siens, le créateur était unique, et qu'il n'y en avait d'autres que lui.

C'est en ce sens qu'Aknatoona, Fara de la 18 ème dynastie, rétablit lors de son règne la soumission à l'unique. Je dis bien "rétablir" car, contrairement à ce que disent les leucodermes et autres kamitologues ignares, il n'a fait que rappeler la tradition ancestrale de soumission au créateur.

Ka-Info : La Tribu Ka, si j'ai bien compris vos mots, est l'addition de la vitalité d'Horus (Hérou), et du mysticisme d'Aknatoona ?

Kémi Séba : Exactement. C'est en ce sens que KA de "Tribu KA" est à la fois initiale de "Kémite" "Atonien" et symbole de l'énergie créatrice.

Ka-Info : Beaucoup de choses sont dites sur la Tribu KA. Les médias notamment, contribue malgré eux, notamment à votre essor, en vous diabolisant. Mais il y a une idée reçue qui revient souvent lorsqu'on voit la Tribu KA, qu'on entends son discours. Cette idée veut qu'on voit en vous l'équivalent des nazis chez les noirs. Qu'en dites vous ?


Kémi Séba : Vous savez, si je devais prêter attention à tout ce qui se disait sur nous... Mais pour répondre à votre question, la seule chose qui nous rapproche des nazis, et que je ne renie pas, c'est qu'ils aimaient l'Allemagne, plus que l'Allemagne s'aimait elle même. Nous aimons notre peuple plus que lui même s'aime, c'est clair.

Maintenant, pour le reste, Hitler n'a rien à voir avec les kémites. Comme dit Césaire, c'est une affaire de blancs.

Ka-Info : Merci Fara.

Kémi Séba : Merci à vous.

Contact : tribu_ka@yahoo.fr ou 0623663181

Note d'Africamaat : Il est clair qu'Africamaat privilégie, avant tout autre chose, une formation rigoureuse et scientifique des Kamits. C'est pour cela qu'elle possède un Institut et qu'elle pousse ses spécialistes à écrire un maximum de livres (Éditions Menaibuc) ; et que les articles sur son site www.africamaat.com, doivent respecter la rigueur scientifique (démonstrations, bibliographie, etc.) et aussi doivent tendre vers la Maât (à ne pas confondre avec « Peace and Love »). Sans être élitiste, Africamaat exige une formation très solide pour ses meneurs. Son Institut peut suffire à combler les lacunes de n'importe quel individu sur plusieurs années (au moins trois ans). Cela n'a jamais empêché les membres fondateurs d'Africamaat de participer à de nombreux combats depuis de nombreuses années (plus de 20 ans pour certains).
_________________
www.veillevirtuelle.org naîtra



Printer-friendly version   Email this item to a friend